Le magenta n’est pas une couleur.

– « On met bien de l’encre ‘couleur magenta’ dans l’imprimante à la maison, non? » – « Oui ! Mais lorsque que l’on décompose la lumière, avec un prisme par exemple, on...

« Quoi ? Le magenta n’est pas vraiment une couleur ? Hey, WAX, vous avez pas fini de nous prendre pour des jambons ?! »

– « On met bien de l’encre ‘couleur magenta’ dans l’imprimante à la maison, non? »

– « Oui ! Mais lorsque que l’on décompose la lumière, avec un prisme par exemple, on obtient un magnifique arc-en-ciel. Et si vous vous arrêtez dessus un moment, vous verrez : il n’y a pas de magenta ! »

magentaspectrum

Comment voit-on la lumière ?

 

oeil-chat-coupe

La rétine est composée, entre autres, de cellules photo-réceptrices (sensibles aux ondes lumineuses) : les bâtonnets et les cônes.

Les cônes, qui permettent la vision des couleurs, sont constitués de trois catégories, chacune ayant une sensibilité dans le vert, le bleu ou le rouge. Selon ce que l’on recevra comme lumière réfléchie des objets environnants, ces trois types de cônes seront stimulés plus ou moins fortement, et transmettront un signal électrique plus ou moins intense au cerveau, qui l’interprétera au final comme une couleur.

Ci dessous, nous avons l’intensité d’absorption de nos 3 types de cônes en fonction de la « couleur de la lumière » émise par les objets. (longueur d’onde de la lumière réfléchie). Vous remarquerez nos yeux ne peuvent repérer que les longueurs d’ondes comprises entre 380nm (au dessus des rayons ultraviolets) et 780nm (en dessous des rayons infrarouges).

absorption lumierecones

Maintenant, si, par exemple, l’oeil reçoit un ensemble d’ondes lumineuses qui excite intensément les « cônes rouges » et les « cônes verts » en même temps, le cerveau fera la moyenne et interprétera cette stimulation comme une couleur jaune. (Pour les sceptiques, qui me disent que du rouge et du vert, ça ne fait pas du jaune, lire « aller plus loin » à la fin de l’article).

 

Mais que se passe-t-il quand l’œil perçoit du bleu et du rouge en même temps? Le cerveau aurait alors deux possibilités :

– il pourrait choisir la couleur à mi-chemin entre le rouge et le bleu dans le spectre, à savoir le vert ; Cependant cela n’a aucun sens pour le cerveau, car les cônes sensibles à la lumière verte existent, et ils ne sont pas stimulés ! L’absence d’information en provenance des « cônes verts » sera interprété par le cerveau comme l’absence de lumière verte. Nous ne verrons pas cette association de lumières, ou « couleur » comme du vert.

    – il est obligé d’inventer une « couleur imaginaire », qui n’existe pas dans le spectre, un mélange entre le bleu et le rouge : le magenta !

Le magenta est donc une couleur qui n’existe pas physiquement : elle n’est pas présente en tant que « longueur d’onde unique » (voir en dessous). Elle est totalement inventée par notre cerveau !

 

 

Pour aller plus loin :

Il y a deux façons de créer des couleurs :

 

La synthèse soustractive.

C’est cette méthode qui est utilisée en peinture ou avec l’encre de nos imprimantes.

Les couleurs primaires sont le cyan (un bleu clair), le magenta et le jaune.

Soustractive

Lorsque la lumière blanche du soleil atteint un objet, une partie de cette lumière est absorbée, et l’autre partie est réfléchie.

Si un objet absorbe le bleu et le vert, il apparaitra rouge (il ne réfléchit que du rouge).

La synthèse soustractive consiste à combiner l’effet d’absorption de plusieurs couleurs afin d’en obtenir une nouvelle. C’est pour ça que lorsqu’on mélange deux couleurs primaires on obtient une couleur plus sombre : on cumule plusieurs absorptions de lumière dans la nouvelle couleur formée. D’ailleurs, quant on mélange toutes les couleurs, on obtient une couleur qui absorbe la totalité de la lumière : c’est la couleur noire.

 

 

La synthèse additive

C’est une méthode utilisée dans les écrans de télévisions. La synthèse additive est rendue possible uniquement par la façon dont l’œil humain détecte la couleur ; ce n’est pas une propriété physique de la lumière.

Les couleurs primaires sont le bleu, le rouge et le vert.

additive

La synthèse additive est l’opération consistant à combiner la lumière émise de plusieurs sources colorées afin d’obtenir une nouvelle couleur. La synthèse additive combine plusieurs lumières émises : lorsqu’on mélange deux lumières de couleurs primaires, on obtient une lumière d’une couleur plus claire. D’ailleurs, quand on mélange toutes les sources de lumières colorées, on obtient de la lumière blanche, comme la lumière du soleil, ou des néons blancs.

 

Eh oui, chez WAX on est conscient que tout ce que nous connaissons du monde, c’est par le moyen de nos sens, et que la réalité physique des différents récepteurs sensoriels, tout comme de la manière de traiter ces signaux, en fait déjà des « filtres », qui sont propres à l’être humain uniquement ! En d’autres termes, les sens sont la porte de l’esprit. Certaines choses restent bloquées à l’entrée ou au contraire entrent sans même frapper, et il existe énormément de variations entre les perceptions des êtres humains.

Par exemple, des plats très épicés peuvent paraître fades pour certains, ou d’autres peuvent renifler une odeur trop faible ou subtile à détecter pour nous. D’où la pertinence des expressions comme  » des goûts et des couleurs, on ne dispute pas  » ou « chacun ses goûts ». Ce qui est intéressant, c’est que l’on peut entraîner ses sens, même à l’âge adulte. Un prochain article de WAX y sera sans doute consacré.

Néanmoins, quand on dit « tous les goûts sont dans la nature », on ne peut être plus vrais : les chauves souris ou les chiens peuvent « entendre » les ultrasons, certains reptiles peuvent « voir » les infrarouges, et il est certain qu’il existe dans le monde vivant encore de nombreux cas de perceptions sensorielles (liées à l’existence de nombreux récepteurs, que nous, humains, avons baptisés  » gustatifs », « olfactifs », « à la chaleur, la pression, la douleur, aux variations de champ magnétique », etc.). Ces sensations, l’homo sapiens tel qu’il existe aujourd’hui, ne parvient pas et ne parviendra jamais à les ressentir physiquement. Il pourra, tout au plus, y coller des mots et des métaphores pour essayer de les « toucher du doigt ».

Dans un sens , c’est une belle leçon d’humilité.

 

Article rédigé par Anso

Partager:

18 879 vues

COMMENTAIRES



Êtes-vous un robot?

    patrick 14 juillet 2016 à 19h07 - Répondre

    0 0

    Tout est clair. C’est vraiment à la portée de tous. Seulement, j’ai une question pour vous si vous permettez:
    Dans la synthèse additive, lorsque nous superposons une lumière magenta avec une lumière rouge, ça donne quoi?
    Dans la synthèse additive, lorsque nous superposons une lumière jaune avec une lumière rouge, ça donne quoi?
    Dans la synthèse additive, lorsque nous superposons une lumière cyan avec une lumière bleue, ça donne quoi?



    Êtes-vous un robot?