• facebook icon
  • twitter icon
  • instagram icon

Ce lac qui ne laisse personne de marbre

Vous avez peut-être vu récemment circuler sur la toile de singuliers clichés en noir et blanc, représentant des créatures, comme instantanément pétrifiées, dans un univers de désolation. Ces momies animales, avec leur je-ne-sais-quoi de vivant, ont été mises en scène et photographiées par l’anglais Nick Brandt, et proviennent toutes du même endroit : le lac Natron, situé en Tanzanie.

Vous pouvez l’imaginer, la toile s’est déchaînée à la vue de ces photos : existe-t-il réellement  un lac en Afrique qui momifie, en une fraction de seconde, tous les animaux qui y trempent la patte ?!

Le lac de natron

Fi du suspense, nous vous annonçons ici que ce n’est pas le cas, mais le lac Natron n’en reste pas moins extrêmement singulier, la preuve en deux chiffres :

  • Son eau peut atteindre une température de 60 degrés Celsius (à titre de comparaison, une eau de mer ou de piscine que beaucoup considèrent comme de la « pisse » avoisine les 30 degrés)

  • Le pH de cette eau oscille entre 9 et 10.5, à des niveaux de basicité proches de ceux de l’ammoniac (peut-on rappeler qu’une fuite d’ammoniac liquide a fait quinze morts dans une usine de Shanghai cet été ?)

Autant dire que si vous trempez votre pied dedans, il n’en ressortira pas grand-chose (n’insistez pas, je n’irai pas dans le détail, je ne veux pas perdre toutes les âmes sensibles de notre lectorat). Mais ce n’est pas tout : l’eau du lac est chargée de natron, un mélange de bicarbonate de sodium et de carbonate de sodium, déjà utilisé par les égyptiens dans le processus de momification. Vous vous en doutez, ce n’est pas vraiment commun, alors comment ce natron se retrouve-t-il dans l’eau ?

lakenatron-nickbrandt2

A l’origine, un volcan.

Au sud du lac se trouve un volcan, nommé Ol Doinyo Lengai (« Montagne des Dieux » en langue massaï), et qui a la particularité de ne produire que des laves carbonatées, alors que l’écrasante majorité des volcans du monde crachent de la lave silicatée. Ainsi, ce sont d’énormes quantités de sels calcaires présents dans la lave noire de jais et les cendres volcaniques qui sont collectées par les eaux de pluies et déversées dans le lac. Ses eaux en sont hautement salées et même légèrement visqueuses au toucher.

lakenatron1

Par conséquent, vous le comprendrez aisément, ce milieu est extrêmement hostile à la vie, mais certaines espèces y trouvent tout de même refuge.

Tout d’abord, des millions de bactéries photosynthétiques qui donnent au lac une couleur rouge sang très vive. Ensuite, de nombreuses colonies de flamands roses nains construisent tous les ans d’innombrables nids de boue calcaire sur les berges du lac, à l’abri des prédateurs qui n’osent s’aventurer dans cet enfer salé. Et un petit poisson de la famille des tilapias, proches des carpes, s’est également très bien accommodé de la chaleur et de la salinité. Enfin, on peut préciser que l’on trouve aux abords du lac des écosystèmes rares, des zones humides et des marécages salés qui abritent de nombreuses espèces de plantes.

Alors qu’est-ce qui fait mourir les animaux ?

On ne le sait pas vraiment, mais une hypothèse est communément admise et relayée par le photographe : la surface de ce lac extrêmement paisible agirait comme un miroir qui réfléchirait la lumière du soleil et désorienterait ainsi complètement les oiseaux, chauves-souris et insectes qui tenteraient de le survoler. Les animaux, en perte totale de repères, s’ « écraseraient » donc à la surface du lac. Et une fois dans l’eau, les animaux sont calcifiés : ils se recouvrent progressivement d’une fine couche de sels calcaires, qui conservent parfaitement jusqu’au moindre détail.

C’est ainsi que Nick Brandt a retrouvé des dizaines de corps inanimés, emballés dans une croûte de calcaire, raides comme des statues, découverts suite à un retrait des eaux du lac. Le photographe les a ensuite replacées dans des positions « vivantes » pour leur redonner vie aux abords du lac meurtrier…

lakenatron-nickbrandt1

Voici le lien du site de Nick Brand, où l’on peur retrouver toutes les photos extraites de son livre « Across the Ravaged Land » .

Partager:

3 199 vues

COMMENTAIRES



Êtes-vous un robot?

    JulietteGri 24 octobre 2013 à 9h10 - Répondre

    0 1

    Je dirais même plus, IMPRESSIONNANT !!! Mais je préfère quand même les photos d’animaux quand ils sont vivants !



    Êtes-vous un robot?

    leaprouvette 11 octobre 2013 à 9h10 - Répondre

    0 1

    IM-PRES-SIONNANT !!! c’est dingue qu’on continue de « découvrir » des phénomènes aussi surprenants sur Terre !



    Êtes-vous un robot?