Autisme, les femmes aussi?

Trouble du développement moins souvent diagnostiqué chez les femmes que chez les hommes, l’autisme est considéré comme majoritairement masculin. Mais on peut s’interroger sur les raisons de cette différence de...

Trouble du développement moins souvent diagnostiqué chez les femmes que chez les hommes, l’autisme est considéré comme majoritairement masculin. Mais on peut s’interroger sur les raisons de cette différence de diagnostic entre les hommes et les femmes : est-elle vraiment si importante ou l’autisme féminin est-il plus difficilement détectable ?

Pixabay

 

Un trouble du développement moins souvent diagnostiqué chez les femmes

 

D’après les statistiques, hommes et femmes ne sont pas égaux devant ce trouble du développement. Ainsi, le ratio serait de quatre hommes autistes pour une seule femme. Les hommes semblent avoir en effet de plus grandes dispositions à développer l’autisme. Cependant, un débat est en cours dans la communauté scientifique pour savoir si le ratio donné est représentatif de la réalité ou si les méthodes de diagnostic sont inadaptées pour déceler l’autisme féminin.

 

Les critères choisis pour déceler l’autisme sont en effet basés sur l’observation de comportements d’individus majoritairement masculins. Par ailleurs, comme il est établi que l’autisme est une maladie touchant plus les hommes que les femmes, on pense moins souvent à ce diagnostic pour les femmes. Souvent, quand celles-ci sont évaluées par un.e médecin, les conséquences de l’autisme (exemples : dépression, crises d’angoisse…) sont prises pour la maladie principale. Si l’autisme de ces femmes peut provoquer chez elles des crises d’angoisse, des périodes de dépression, il est parfois estimé à tort que la dépression est la maladie à traiter alors qu’en fait elle est provoquée par l’autisme et sa non-compréhension.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            L’autisme est donc probablement sous-évalué pour les femmes.

 

Par ailleurs, les femmes autistes parviennent plus facilement à masquer leurs difficultés sociales que les hommes, mais au prix de lourds efforts qui s’avèrent épuisants et leur font ressentir une grande anxiété. Ces phases de “camouflage” sont très éprouvantes physiquement et psychiquement. Mais les difficultés ressenties par les femmes autistes sont plus internalisées que celles ressenties par les hommes autistes. Cela explique que le diagnostic soit moins souvent posé, ou plus tardivement. Ainsi, un certain nombre de femmes autistes ne sont diagnostiquées que très tardivement, alors qu’elles ont déjà atteint l’âge adulte.

 

Les violences sexuelles sur les femmes autistes

 

D’après une enquête réalisée sur internet et portant sur 228 femmes autistes de haut niveau (sans déficiences intellectuelles), 88% d’entre elles auraient été victimes de violences sexuelles (viol ou tentative, attouchement, baiser non désiré…). Ce chiffre particulièrement choquant s’explique en partie par les difficultés de communication que rencontrent ces femmes de par leur trouble du développement. Elles comprennent plus difficilement ce qui est implicite et les signaux non-verbaux, par exemple dans les rapports de “séduction”. Leurs agresseurs profitent de leurs difficultés de compréhension et d’expression d’un refus pour abuser d’elles et faire preuve de violences.

 

Par ailleurs, les femmes autistes sont plus vulnérables que les autres et les effets d’une agression sexuelle peuvent se révéler encore plus dévastateurs sur elles que sur des femmes qui ne sont pas atteintes d’un syndrome autistique. Et comme elles rencontrent de plus grandes difficultés à communiquer que les autres, il leur est plus difficile de chercher de l’aide et de s’exprimer sur ce qu’elles ont vécues. Le fait d’en parler à une personne qu’elles ne connaissent pas (par exemple un policier) peut être encore plus inhibant que pour des femmes n’étant pas autistes. De plus, du fait de leurs troubles du développement, leurs déclarations sont souvent moins prises au sérieux.

Pixabay

 

La communauté scientifique commence à se pencher sur l’autisme féminin, plus difficile à diagnostiquer, ce qui explique en partie que de nombreuses femmes autistes n’apprennent la nature de leur trouble que très tardivement, après des années de lutte au cours desquelles elles ont dû mettre en place des stratégies d’adaptation au prix de très nombreux efforts. Ces femmes sont souvent victimes de violences sexuelles. Comprenant plus difficilement la communication implicite et non-verbale, elles sont victimes d’individus profitant de cette faiblesse pour abuser d’elles.

 

https://femmesautistesfrancophones.com/2018/09/21/sous-diagnostic-autisme-filles-inegalite-genres/

https://femmesautistesfrancophones.com/2017/10/16/autisme-difference-hommesfemmes-la-question-du-genre-evoquee-sur-france-inter/

https://blogs.lexpress.fr/the-autist/2018/02/23/lautisme-a-lepreuve-des-specificites-liees-au-genre-site-aspie-conseil/

https://comprendrelautisme.com/les-femmes-autistes/

https://www.streetpress.com/sujet/1553508333-violences-sexuelles-femmes-autistes

https://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article1879

Partager:

243 vues

COMMENTAIRES



Êtes-vous un robot?