Antioxydants et radicaux libres, un combat sans merci

Terme récurrent dans les blogs alimentaires, les antioxydants sont très présents dans notre alimentation sans que l’on sache vraiment ce qu’ils sont, à quoi ils servent et pourquoi il est important d’en consommer.

On prête à ces molécules des effets positifs sur la santé, un effet anti-âge et il paraît même qu’ils permettraient de lutter contre la chute des cheveux ! Mais qu’en est-il réellement ?

 

Comment ça marche ?

Les radicaux libres produits par l’organisme

La respiration, le métabolisme et la respiration cellulaire provoquent l’apparition chez l’être humain de radicaux libres, des dérivés de l’oxygène. Ils sont également produits par des facteurs externes comme la pollution, l’exposition solaire, la fumée de cigarette, les pesticides et les produits chimiques. Ils sont indispensables à la signalisation cellulaire qui permet aux cellules de percevoir leur environnement afin de se développer et de coordonner leurs activités. Ils peuvent même être produits par le système immunitaire de notre corps pour éliminer des bactéries ou des molécules endommagées. Cependant, ces radicaux libres ont un électron célibataire, c’est-à-dire une charge électrique négative qui va chercher à attirer une charge positive pour se stabiliser. Ils vont donc réagir avec d’autres molécules pour se stabiliser. Ainsi, les molécules qui auront gagné un électron lors de cette interaction avec des radicaux libres deviendront elles-mêmes des radicaux libres et vont elles-mêmes chercher à se stabiliser, provoquant ainsi une réaction en chaîne. L’interaction entre les radicaux libres et les autres molécules se nomme oxydation : une réaction au cours de laquelle un réactif perd un ou plusieurs de ses électrons. Ce réactif sera désigné comme oxydant alors que l’autre réactif sera désigné comme réducteur. Dans notre exemple, les radicaux libres joueront le rôle d’oxydants et les molécules avec lesquels ils interagiront auront le rôle de réducteurs. C’est un peu comme voler une pièce dans le porte-monnaie de quelqu’un, la pièce volée est l’électron, le voleur est le réducteur et celui qui s’est fait voler est désigné comme l’oxydant.

Source : Pixabay

Les radicaux libres sont particulièrement réactifs en présence de molécules comme les protéines, les lipides et même les molécules d’ADN, ce qui implique des réactions importantes entre ces trois éléments et les radicaux libres présents dans l’organisme.

Les antioxydants luttent contre les radicaux libres

Les antioxydants permettent d’éliminer les radicaux libres, ils ont donc un effet protecteur pour les lipides, protéines et l’ADN. Ils traquent les molécules pro-oxydantes (telles que nos chers radicaux libres) présentes dans  l’organisme pour protéger les autres molécules. Idéalement, un équilibre est maintenu entre les antioxydants et les radicaux libres. Malheureusement, dans certains cas, ces derniers prennent le dessus et cela entraîne l’apparition de ce qu’on appelle un stress oxydatif. Toutes les molécules du vivant sont alors attaquées par les molécules pro-oxydantes car les antioxydants ne sont pas assez nombreux pour les protéger.

Dans ce cas, des maladies chroniques pourraient apparaître plus facilement : cataracte, cancers, maladies coronariennes, Alzheimer, Parkinson, insuffisances rénales, diabètes… Ces maladies particulièrement graves pourraient être aggravées par un déficit en antioxydants de l’organisme récurrent et sur le long terme. Il est donc important d’en consommer en quantité suffisante. Heureusement, les antioxydants sont présents dans un grand nombre d’aliments et il n’est pas difficile d’en consommer suffisamment.

 

Où les trouve-t-on ?

Très présents dans l’alimentation

Source Pixabay

Les fruits et légumes sont la principale source alimentaire d’antioxydants. De nombreuses vitamines ont cet effet, tout comme d’autres éléments que l’on trouve en grande quantité dans ce type d’aliments.

La vitamine C a un fort effet antioxydant. Elle se trouve surtout dans les fruits (agrumes, fruits rouges, fruits exotiques…) et les légumes (légumes verts, poivrons, choux…). La vitamine E est aussi très importante. On la trouve dans les huiles végétales, les amandes, les graines de tournesol, les noisettes, et certains légumes à feuilles vertes. Les caroténoïdes, des substances naturelles jouant le rôle de pigments de couleurs aident également à lutter contre les molécules pro-oxydantes. On peut les trouver dans les carottes, les abricots, les choux frisés, les haricots verts, les épinards… Le sélénium est aussi un puissant anti-oxydant. C’est un oligo-élément essentiel, c’est-à-dire un élément indispensable en quantité infime à notre organisme. On le trouve par exemple dans les noix du Brésil, les champignons… Le sélénium est aussi très présent dans les aliments riches en protéines animales (viande, poisson, œuf).

Si les antioxydants sont très présents dans les fruits et légumes, ils le sont aussi dans les graisses et les protéines animales. Par exemple, la vitamine A est très présente dans les huiles de foie de poisson, les abats de volaille, le foie de bœuf ainsi que dans les œufs. Des antioxydants sont aussi présents dans le thé, le vin et la bière, certains aromates (origan, gingembre, curcuma…) mais aussi dans les légumineuses (haricots rouges et noirs, lentilles…).

La nécessité d’avoir une alimentation équilibrée

Tous ces antioxydants sont importants et pour le moment, aucune étude n’est venue prouver la supériorité de certains d’entre eux par rapport aux autres. Il n’a pas non plus été prouvé que les consommer en grande quantité augmente l’espérance de vie, mais il est bon d’en consommer à petite dose. Une dose qui n’a malheureusement pas encore été déterminée avec précision. La recommandation principale reste d’avoir une alimentation variée.

Si certains se demandent si une supplémentation en antioxydants pourrait être bénéfique à l’aide de compléments alimentaires, les études scientifiques ne vont pas dans ce sens. Consommer plus d’antioxydants que les doses nécessaires à notre organisme n’aurait aucun avantage pour la santé, et ce serait même le contraire ! Si la vitamine E et le bêta-carotène sont des antioxydants, consommés à trop forte dose, ils pourraient, d’après certaines études, être mauvais pour la santé et même augmenter les risques de mortalité.

Une étude, le projet SU.VI.MAX, a été réalisée par une équipe française sur 13 000 personnes qui ont été suivies pendant 7 ans et demi. Les participant.e.s étaient des femmes et des hommes âgé.e.s de 35 à 60 ans. Ils ont pris quotidiennement des compléments alimentaires antioxydants, mais avec une faible dose comparable à ce qu’on peut retrouver dans l’alimentation. L’étude a prouvé que la mortalité des hommes a été réduite de plus de 30%, avec notamment une réduction importante du nombre de cancers grâce à cette supplémentation. Celle des femmes n’a pas bougé à cause de l’effet seuil : il a été estimé par les chercheurs que leur alimentation était plus saine et équilibrée que celle des hommes et que comme leurs besoins en antioxydants étaient déjà couverts, les compléments alimentaires n’ont eu aucun effet. C’est donc bien les antioxydants à faible dose (ou dose alimentaire) qui améliorent l’espérance de vie.

Conclusion

Les radicaux libres sont des molécules naturellement produites par notre organisme. Ils sont indispensables à la signalisation cellulaire et peuvent aussi servir à combattre les bactéries. Mais s’ils sont présents en trop grand nombre, ils peuvent avoir des effets négatifs sur la santé. Leur action est limitée par les antioxydants. Il est très important de préserver un équilibre entre ces deux types de molécules car si les radicaux libres prennent le dessus, le stress oxydatif qui en résulte aura pour effet d’endommager certaines molécules, notamment les lipides, les protéines et l’ADN, ce qui peut à terme augmenter le risque de maladies chroniques et de cancers. Les antioxydants nous sont fournis par notre alimentation, il est donc important de consommer des aliments qui en contiennent, notamment les fruits et légumes. Comme chaque type d’antioxydant est utile à l’organisme, il est recommandé de consommer le plus d’aliments en contenant afin d’avoir les apports les plus variés possibles. Aucune supplémentation par des compléments alimentaires n’est conseillée.

 

Sources

Partager:

347 vues

COMMENTAIRES



Êtes-vous un robot?