Projets WAX

WAX Youth, Coffee Science, Parité au Pouvoir, Unnatural History...

Une histoire scientifique de sexisme

L’égalité des sexes est un problème mondial majeur en 2018, il s’agit du cinquième objectif de développement durable des Nations Unies pour 2030. Ce sont ces problèmes de genre dans le monde qui me préoccupent et me fascinent.

Unnatural History : à la découverte des biais du genre

Depuis septembre 2017, Ania Khazina et moi-même travaillons sur un projet à propos des normes de genre. Nous cherchons à comprendre la construction des biais de genre actuels et à montrer comment ils se manifestent. Pour voir des exemples d’inégalités entre les sexes, il n’est pas nécessaire d’aller très loin. La nature de ces problèmes diffère en fonction des régions et des cultures ; selon l’ONU, l’Asie et la région du Pacifique concentrent le plus d’inégalités.

 

On peut voir dans le domaine de l’éducation des exemples frappants d’inégalités, en particulier dans les pays asiatiques. Lors de mon voyage universitaire à Mumbai en décembre 2017, j’ai pu témoigner d’exemples représentatifs des disparités entre les sexes. C’est un problème qui se manifestent encore beaucoup dans les pays en voie de développement. J’ai appris que dans de nombreuses familles, les fils fréquentaient des écoles privées alors que les filles étaient envoyées dans des écoles publiques – qui fonctionnent souvent mal. Par la suite, cela devient difficile pour les filles d’accéder à l’université, car elles sont mal préparées. Ce n’est pas toujours un cas réservé aux familles pauvres, mais un phénomène global présent au sein des différentes classes sociales. Dans de nombreuses régions d’Inde, les femmes sont contraintes de tenir le rôle d’épouses, vouées à s’occuper des tâches domestiques et des enfants, laissant aux hommes le rôle de diffuser le progrès. Les stéréotypes du sexe fort et du sexe faible sont renforcés par le manque d’égalité.

(Pour en savoir plus sur la théorie de «L’égalité entre les hommes et la femme contre la nature égale», voici un excellent article de Sherry Ortner, anthropologue des années 1970, toujours d’actualité.)

 

L’atelier intitulé Steam School auquel j’ai participé cet hiver à Mumbai permettait d’élaborer des projets liés aux S.T.E.M. (Sciences, Technologies, Engineering, Mathematics) au cours de la journée. Le soir, nous discutions des questions et des problèmes liés au genre. Nombre de femmes indiennes avaient beaucoup à dire. Elles ont partagé des histoires personnelles sur la façon dont les traditions culturelles “à l’ancienne” font encore profondément souffrir les femmes et leurs droits. Elles en ont marre d’être encore confrontées à tant de discriminations sexuelles dans un pays qui dans un même temps accueille un événement aussi progressiste, et avec des nombreuses participantes qualifiées. Ces conversations et ces expériences ont été significatives pour moi car elles ont placé les questions de genre dans une perspective globale tout en encourageant et en fournissant des informations pour le projet qu’Ania et moi-même étions en train de créer.

 

La création d’Unnatural History

En nous lançant en 2018 dans Unnatural History, avec WAX Science et le Gamelier du Centre de Recherches Interdisciplinaires (CRI), Ania et moi voulions savoir pourquoi les inégalités entre les sexes existent toujours à une échelle aussi globale.

Peut-on montrer aux gens que les préjugés sexistes inconscients existent en chacun de nous et, par conséquent, les amener à se demander d’où viennent ces biais ?

Notre intention est de montrer aux gens que les structures sociales et l’histoire culturelle renforcent les stéréotypes de genre. En effet, après avoir remis en question les conventions sociales, on devrait pouvoir observer des changements de comportement, lesquels pourraient se généraliser et devenir systématiques. Nous avons chercher la meilleure manière d’engager le public pour le sensibiliser à notre recherche et nous nous sommes alors penchées sur…

Le test IAT

Initialement, nous avons choisi de tester un projet permettant de révéler les biais subconscients, à savoir l’Implicit Association Test (IAT). Il a été introduit dans certaines textes et études psychologiques en 1998. Le test d’IAT montre nos biais subconscients qu’on peut avoir sur un large éventail de sujets, mais nous avons choisi d’examiner spécifiquement les préjugés sexistes.

Il y a eu aussi quelques critiques de l’IAT, dont un bon exemple est présent dans cet article, écrit après les élections américaines de 2016. La défaite d’une candidate qualifiée contre un candidat masculin moins qualifié a provoqué une résurgence des questions liées au sexisme et un questionnement de l’utilité de l’IAT face à la conceptualisation du biais de genre.

Et voilà, SPEEDASS

Nous avons décidé de transformer l’IAT en une sorte de dispositif de jeu d’arcade et qu’il pourrait, en plus de s’avérer réalisable dans un Fab Lab, apporter une touche d’interactivité. C’est alors que l’idée de SpeedAss est née. SpeedAss, nommé avec amour est la première étape de notre projet UH pour questionner les préjugés et les normes de genre.

 

Learning by Doing

Notre travail pour ce projet peut être qualifié de “Learning by Doing” (“apprendre en faisant”). Dans ce type de projets, la gestion du temps, la disponibilité des matériaux et les compétences nécessaires peuvent parfois mettre des bâtons dans les roues. Cependant, après avoir décidé que notre projet final prendrait le format d’une exposition, nous avons constaté que l’un de nos mentors maîtrisait déjà ces compétences et disposait du temps nécessaire pour coder et créer la machine avec nous. Notre professeur Daniel nous a appris comment incorporer Arduino dans le projet, en le programmant pour faire fonctionner les boutons et les lumières. Nous avons utilisé une découpeuse laser pour concevoir et couper les pièces en bois et en plexiglas qui font le support du jeu. Le design de toutes les pièces a été réalisé en une journée. Quand il s’agit d’apprendre des nouvelles compétences, de créer rapidement des prototypes et de repousser nos propres limites, l’apprentissage par la pratique s’est avéré être une bonne méthode, un outil précieux, qui m’a également permis de créer en apprenant et de m’aventurer hors de ma zone de confort initiale.

Le travail en cours

Nous travaillons actuellement sur une expérience de réalité virtuelle autour des thèmes de l’inégalité entre les sexes dans les domaines de la santé, du travail et de l’éducation.

 

Kelly et Ania sont étudiantes en master au Centre de Recherches Interdisciplinaires à Paris. Vous pouvez apprendre davantage sur leur projet actuel Unnatural History ici.

Partager:

293 vues

COMMENTAIRES



Êtes-vous un robot?