Stéréotypes et idées reçues en science

Les stéréotypes qui menacent la science (recueillis auprès des élèves) finissent par brouiller leur orientation et leur vision du domaine. Du mythe à la réalité, et quelques clefs pour argumenter.

 

  • Des métiers déconnectés de la réalité

L’image de la science renvoie souvent à celle du chercheur seul dans son laboratoire qui travaille sur un sujet obscur que personne ne comprend. Or la science incarne aujourd’hui un tas de métier : technicien-ne, ingénieur-e, designer, manager et  touche tous les domaines de la vie: la santé, les technologies, l’environnement, les transports, l’industrie, l’exploration!  La science se joue dans les laboratoires et les entreprises (petites, moyennes et grandes!); elle se joue surtout en équipe, et à l’international. Quoi de plus ancré dans le 21 ème siècle?

  • Les scientifiques ne savent pas communiquer

Le/la scientifique est incapable de décrire son sujet en moins de 2 minutes. C’est un peu vrai, mais 1/ c’est le cas de beaucoup de personnes et 2/ c’est qu’il-elle est passionné-e mais 3/ « Regarde, moi j’y arrive ». Si vous exercez un métier scientifique, entraînez-vous à expliquer votre job à un-e néophyte en moins de 3 minutes. Ça vous oblige à être clair-e, concis-e, ça rend votre job plus attrayant et vous plus intéressant-e! Être capable de mettre des mots simples sur des choses compliquées, c’est un talent. Vraiment.

  • Je ne gagnerai pas d’argent

Tout est relatif. Il existe autant de salaires que de métiers scientifiques, donc la fourchette est (très) large. On gagnera en général mieux sa vie dans le secteur privé que dans le secteur public, mais on aura peut-être un peu plus de liberté et d’autonomie dans le second.

  • Ça n’est pas fait pour moi, je ne suis pas assez intelligent-e = L’autocensure

Certain-e-s pensent que le monde scientifique est fait de génies monomaniaques premier-e de la classe. Malgré un intérêt pour les matières scientifiques, les élèves préfèrent se tourner vers la finance, l’économie, le droit, sans penser que se sont aussi des milieux extrêmement compétitifs. Mais la science repousse les frontières de la connaissance pour rendre le monde de demain plus accessible. Les élèves ne sont pas plus intelligent-e-s en science qu’ailleurs, par contre ils ont accepté de laisser leur curiosité devenir un métier.

  • Je n’ai pas envie de faire 10 ans d’études!

On peut exercer un métier scientifique après 2, 5, 7 ou 10 ans d’études. Les BTS, IUT, DUT sont des formations courtes qui permettent d’entrer sur le marché du travail rapidement, avec un savoir faire concrêt et valorisable. Les écoles d’ingénieurs se font généralement en 5 ans et permettent d’accéder à des postes de gestion et mise en place de projets au sein d’entreprises et laboratoires, postes aussi accessibles après 5 ans à l’université. Un doctorat permet de se plonger dans le milieu de la recherche, en permettant chaque jour de pousser notre connaissance du monde un peu plus loin et s’obtient en 3 ans (il faut avoir fait 5 ans d’étude avant).  Important: il existe de plus en plus de passerelles entre toutes ces formations, ce qui fait d’ailleurs la richesse des promotions d’élèves!

  • Il n’y que des mecs

FAUX! Déjà, ça dépend des filières et ça dépend du niveau d’études. Toute fois, il existe un déséquilibre (27% de femmes ingénieures, 30% de femmes chercheurs en France), il existe de l’autocensure, il existe un plafond de verre, il existe un écart de salaire mais le terrain est beaucoup plus favorable pour la parité aujourd’hui. La situation progresse et s’améliore, des réseaux se créént et des actions se mettent en place. C’est le moment d’en profiter! Un article plus détaillé sur les stéréotypes de genre dans la science et quelques chiffres bons à connaître sur le sujet à lire dans cette catégorie!

Partager:

4 581 vues

COMMENTAIRES



Êtes-vous un robot?