• facebook icon
  • twitter icon
  • instagram icon

WAX bouge

On ira ou on y est allé et on vous en parle !

Journée Nationale de l’Ingénieur.e à Montpellier

Le jeudi 4 avril 2014 était la Journée Nationale de l'Ingénieur-e. Pour la deuxième édition de cet évènement organisé par Ingénieur Et Scientifiques de France, nous nous sommes rendus à Montpellier pour présenter WAX sur un stand bien coloré. Petits retours sur cette journée.

Une Journée Nationale regroupant tous les ingénieur-e-s de France dans plus de 30 villes différentes simultanément, le tout sous la tutelle de notre Président de la République M. François Hollande ? Une chose est sure, les ingénieur-e-s n’ont pas froid aux yeux ! Cette année le thème de la rencontre était :

Innover et Entreprendre, quelles sont les clés de la réussite au Sud ?

Pour y répondre, deux tables rondes se sont succédées, entrecoupées d’un moment d’échange autour des stands. Invitée par nos partenaires d’IESF, Juliette était là pour présenter WAX.

2014-04-03 17.09.46

On a beaucoup appris sur l’entrepreneuriat

Ça vous dirait de créer votre propre entreprise ? Inspiré-e-s par des personnages tels que Steve Job (créateur d’Apple) ou Mark Zuckerberg (créateur de Facebook) vous y avez peut-être déjà pensé. Au contraire vous vous dites peut-être que ça n’est pas fait pour vous car trop risqué, trop solitaire, de toute façon ça ne marche qu’une fois sur 100…  Pour y voir plus clair et chasser les idées reçues IESF nous a tout expliqué.

QUELS SONT LES INGRÉDIENTS POUR QUE LA MAYONNAISE PRENNE ?

1. Je recherche et j’innove !

Une idée scientifique innovante, c’est la première clé de réussite de l’entrepreneu-r-se en herbe.  Il s’agit de s’interroger et de proposer un concept, un service, un procédé ou un objet nouveau, qui n’existe pas encore mais répondra à un réel besoin. Les participants de la table-ronde ne manquaient pas d’exemples passionnants. Ils nous ont raconté comment ils ont initié leurs projets par une phase de recherche. Les résultats sont assez bluffant : des micro-algues capables de produire du bio-carburant, un système Hi-Fi entièrement sans fil, un robot médical qui assure des opérations de chirurgie sur le cerveau ! En France la recherche publique constitue un appui de poids pour aider les entrepreneurs à innover. En se tournant vers les universités et les laboratoires publics, des collaborations public-privé sont possibles pour mener des projets de R&D ambitieux.

2. Je ne suis pas parfait

En revanche, les entrepreneu-rs-ses ne sont pas chercheu-rs-ses et ne peuvent se permettre de rechercher la perfection à tout prix. Tout du moins au début. On retient le conseil qu’il ne faut pas s’acharner à faire tout très bien pour le premier prototype, auquel cas toute votre énergie et vos financements y passeront.

3. Place au développement

Après avoir créé de la connaissance et trouvé des réponses techniques vient la phase de développement. Cela consiste à compiler les résultats de vos recherches avec la connaissance existante pour proposer un prototype. Par exemple, imaginons que l’on a découvert comment fonctionne la téléportation. On dessine alors une machine et toutes ses composantes, capable de réaliser l’opération, téléporter des gens. On construit ensuite un prototype c’est à dire une version d’essai que l’on teste avec de gentils volontaires, un peu inconscients. On  s’assure ainsi que tout fonctionne et si nécessaire on ajuste quelques réglages.

2009s-wackiest-inventions.w654

4. et si on vendait ?

La commercialisation, le but ultime d’une entreprise. Qu’il s’agisse d’un bien ou d’un service, il est crucial de faire évoluer votre prototype jusqu’au produit fini. Pour proposer votre prestation ou sortir vos produits des moyens logistiques et humains seront alors nécessaires. Il pourra s’agir de matière première, de machines, d’entrepôts, de bureaux, d’employé-e-s ou de travaux sous-traités à des prestataires. Dans tous les cas il vous faudra les gérer. Certain-e-s créateurs-rices n’ont pas l’âme de manageur-e et préfèrent déléguer cette tâche. Lorsque cela est possible, très bien, mais la plupart du temps le-la jeune entrepreneu-r-se doit être multifonction.

5. Money money money

Les financements justement, un mot qui fait peur ! La clé pour la surmonter  est l’anticipation. On évalue les besoins en amont, on planifie et on se tourne vers les bons organismes. A chaque phase de votre projet existe un financeur adapté. Des organismes tels que BPI France sont spécialisés pour appuyer financièrement la recherche et l’innovation en entreprise. Le développement concernera d’autres mécènes, pourquoi pas des fondations privées. Enfin le financement de la phase de commercialisation n’est pas à oublier. Investir dans du matériel de production et de transport par exemple peut représenter des coûts importants à anticiper. Les témoignages rapportent que cette dernière partie n’est pas toujours évidente, surtout quand l’entreprise « part de rien ». Ouvrir l’entreprise en bourse ou utiliser des réserves personnelles sont des solutions.

6. Plus on est de fous, plus on rit !

Bien s’entourer, c’est fondamental ! L’entrepreneu-r-se doit être capable de comprendre beaucoup de disciplines mais lorsqu’il s’agit d’expertise technique il est indispensable qu’il-elle s’entoure de personnes compétentes : juriste, commercial-e, comptabilité, gestionnaire, chargé-e de recherche, gestionnaire de projet, technicien-ne, et pourquoi pas associé-e-s.

Se joindre à  un réseau d’entrepreneu-rs-ses peut aussi être un atout. Il existe des clusters dans chaque région de France, parfois regroupé par catégorie d’activité, ainsi que des couveuses d’activités ou pépinières qui offrent une structure et des conseils pour les toutes jeunes entreprises.

7. Etre open

Plusieurs entrepreneu-rs-ses ont témoigné avoir connu d’importants changements de trajectoire depuis la création de leur entreprise. Dans certains cas, c’est tout le business model qui a été modifié. Ces changements de vision ou d’objectifs peuvent être décidés lors d’une entrée en bourse, d’une internationalisation de l’entreprise ou simplement de l’accroissement de l’activité. Pour devenir et rester performant il faut être prêt à accepter le changement, être ouvert aux propositions et savoir lâcher un peu le « bébé » !  

FAUT-IL ETRE UN-E GÉNIE POUR ETRE INNOVANT ? 

2157

La réponse est non ! Tous les profils existent. Il y a celles et ceux qui avaient une innovation technique en tête dès le départ et celles et ceux qui avaient envie d’être entrepreneu-r-se avant tout.

Et l’innovation n’est pas toujours scientifique ou technique. Elle peut être également sociale et organisationnelle. En effet on peut aussi être innovant en proposant de nouvelles formes d’organisation de l’entreprise, de gouvernance et de prise de décision au sein de l’entreprise. Les statuts juridiques sont de plus en plus nombreux et continuent de se diversifier. Par exemple, les SCOPs (Sociétés Coopératives et Participatives) se veulent motivantes pour les salariés puisque chaque employé est actionnaire de son entreprise et compte pour une voix dans les décisions.

Voici ci-dessous une petite vidéo qui vous en dira plus sur leur fonctionnement.

Bilan de la journée

Des témoignages passionnants sur l’entrepreneuriat, certain-e-s sont motivé-e-s ? Apparemment les jeunes seraient de plus en plus nombreux à se lancer.

Et puis de belles rencontres sur le stand de WAX ainsi que de nombreux compliments pour nos graphistes Alice, Adrien et Jérémy à la fois pour le site internet, les plaquettes et le kakémono (oui oui c’est un mot) !

Un grand merci à IESF pour leur accueil (with special thanks to Annabelle Borghini) !

A très bientôt !

Partager:

2 962 vues

COMMENTAIRES



Êtes-vous un robot?