• facebook icon
  • twitter icon
  • instagram icon

Nos ateliers !

Suivez nos ateliers scientifiques et de déconstruction des stéréotypes de genre ! N'hésitez pas à nous contacter pour construire de nouvelles thématiques ou réutiliser nos ressources !

Les post-it de Faremoutiers

WAX s'est rendu à Faremoutiers, ville de l'est parisien où nous avons fait la connaissance de 16 étudiantes de 4ème. Un atelier, deux heures et quelques centaines de post-it plus tard, les stéréotypes étaient une nouvelle fois démasqués.

 Rencontre du quatrième type

Il fait gris, mais nous sommes très chaleureusement accueillis par l’équipe de l’établissement Louise Michel. C’est un peu le retour au collège, on redécouvre l’ambiance des salles de cours, sauf que cette fois on est de l’autre côté du bureau, devant le tableau. Plein de regards posés sur nous, en piste, c’est parti pour les présentations. Prénom, classe ou profession et animal préféré, ça y est nous sommes les meilleurs ami-e-s du monde. Juste à temps pour dire le truc le plus horrible du monde « alors on risque de ne pas retenir tous vos prénoms, donc ce serait super si vous pouviez l’écrire sur un papier et le mettre devant-vous ». Elles ont l’air ravies, mais ne nous en tiennent pas rigueur et participent avec entrain à l’atelier.

01

Stéréopost-it

Un formidable document réalisé avec soin nous permet de leur présenter ce qu’est un stéréotype, un préjugé et une discrimination. C’est l’heure tant attendue de la participation très active, elles dégainent leur stylo et nous les post-it, tou-te-s contre les stéréotypes. Ça écrit, ça colle, ça rigole, et nous voilà avec des « Avec ses lunettes, il a une tête de premier de la classe », « elle est moche elle ne doit pas être gentille », « roux = puant », « portugais = poilus », « les femmes doivent faire le ménage et la cuisine »… Bref, tout un tas de joyeusetés qu’on découvre tou-te-s ensemble, avant de les trier par catégorie « Nationalité », « Sexe », « Physique », « Religieux », « Accessoires », « Social ».

WP_20141211_020

WP_20141211_014

WP_20141211_005

Vient la deuxième vague de post-it, celle-ci sur la thématique du dessin. « S’il vous-plaît, dessine-moi un scientifique », pour voir finalement quel imaginaire y est associé. En réalité, la question est plus intéressante en anglais (langue maternelle de cet exercice), où lorsqu’on demande « draw me a scientist », aucune indication de genre n’est perçue. Généralement une majorité d’homme à lunette et en blouse blanche apparaît dans les réponses. Mais nous avions une classe aux aguets, et on a pu compter à peu près le même ratio homme / femme sur l’ensemble des dessins; et tou-te-s n’étaient pas nécessairement en blouse. On était alors partagés entre la satisfaction d’avoir une classe sensible à la problématique, et la frustration de voir notre exercice balayé d’un revers de main par ces jeunes filles, What About Xperiencing failure.

03

C’est marrant votre pub sur les cosmétiques

Place à la discussion, nous formons des petits groupes de réflexion de quatre, les laissons mijoter pendant 5-10 minutes et ouvrons le débat « à votre avis, d’où peuvent venir les stéréotypes ? ». On entend tout un tas de réponses, souvent assez pertinentes et parfois révélatrices, allant de la télé à la cour de récréation, en passant par des phrases du quotidien auxquelles personne ne fait vraiment attention. On a notamment droit à l’exemple des jeux, pour garçons et pour filles, bien différenciés quitte à rendre le jeu « plus simple » au cas où les filles ne comprendraient pas bien comment ça marche…. Forcément, on entend des voix s’élever, s’indigner, avec cette question si violente « MAIS POURQUOI ? », à laquelle on ne sait pas trop quoi répondre, puisqu’on se la pose souvent nous aussi.

On vient appuyer cette discussion avec quelques vidéos glanées ça et là sur internet, avec notamment cette pépite qu’est science it’s a girl thing et la réponse « c’est marrant votre pub sur les cosmétiques »… Silence gênant jusqu’à ce qu’on hasarde un « ce n’est pas pour les cosmétiques, c’est pour la promotion des femmes dans les sciences ».

02

On leur touche un mot sur les possibilités de questionnement, d’association, d’attention quotidienne, qui permettent petit à petit de lutter contre ces stéréotypes auxquels on ne fait plus attention. On ne résiste pas non plus à la tentation de leur donner des devoirs (que celui ou celle qui n’a jamais rêvé de faire ça -sadiquement- nous jette la première craie). Elles devront relever des stéréotypes qu’elles croisent dans leur vie de tous les jours et les noter, nous en discuterons lorsque nous retournerons les voir.

 

Puis c’est la fin de l’atelier, tout le monde a l’air content, nous quittons le collège direction les embouteillages. Sans goûter dans le sac, mais aussi sans contrôles à réviser, sans devoirs et avec le sentiment d’avoir fait naître une sensibilité à ce combat qui nous est si cher. Finalement c’est pas si mal ce côté là du bureau.

 

Partager:

3 188 vues

COMMENTAIRES



Êtes-vous un robot?